Les guerres de religion

Commentaires fermés sur Les guerres de religion Villemur, ville d'histoire

guerres de religion une

Villemur la protestante

jeanne et henri

Jeanne d’Albret et Henri IV

 

Succédant à sa mère Jeanne d’Albret, Henri de Navarre devient le nouveau vicomte de Villemur, dont le gouverneur est le protestant Antoine de Latour de Reyniès. Le futur roi de France Henri IV fera d’ailleurs en 1585, plusieurs séjours dans nos murs, reçu comme il se doit part les autorités de la ville. Villemur vivra alors au rythme des événements tragiques suscités par les Guerres de Religion qui se sont poursuivies tout au long du XVIe siècle. En 1592, Villemur est le théâtre d’une des batailles mettant aux prises les ligueurs ou catholiques et les protestants, affrontement dans lequel le chef de la Ligue catholique, Antoine Scipion de Joyeuse, trouvera la mort, noyé dans le Tarn.

 

 

Vers la pacification

 

Quelques années après, en 1596, Villemur passe aux mains du calviniste François de Bonne, ami du roi Henri IV.
C’est à son initiative que sera construite une splendide demeure dont il ne subsiste aujourd’hui que la partie des communs appelée « les Greniers du Roy ». François de Bonne, devenu duc de Lesdiguières vendra à son tour la vicomté au roi de France Louis XIII en 1621. Ce dernier, à la demande du conseil de la ville las des querelles avec les protestants montalbanais, ordonnera en 1631 la démolition du château. C’est la fin de la vocation militaire de la ville, de ses quatre portes fortifiées et ses ponts levis. Les murailles sont conservées pour protéger la cité « des loups et des brigands ». Sur les hauteurs de la ville, à l’emplacement actuel du square de la Voie, il ne reste rien du château féodal, si ce n’est sans doute les caves et souterrains. Seulement deux édifices échappent à la démolition : la Tour, dite Tour du moulin,  à cause de sa fonction économique, ainsi que la tour Papou récemment remise en valeur.

passage henri a villemur

Passage d’Henri de Navarre à Villemur le 12 mars 1585.
(reproduction à la main de Jean Hautefaye, imprimerie Brusson)

Comments are closed.