1933 : les Pescofis à Villemur

Commentaires fermés sur 1933 : les Pescofis à Villemur Regards sur le passé. Faits divers, anecdotes et histoires insolites

Les « pescofis » à Villemur

(En occitan, le pescofi est le pêcheur à la ligne)

Dans le dernier article consacré aux Allées Charles de Gaulle, j’ai évoqué les fameux concours de pêche qui avaient pour cadre les bords du Tarn. Les préliminaires du concours, la délibération du jury, la remise des prix, se déroulaient devant le café des Allées … sans parler des aubades musicales.

fanion pecheurs

1. Le fanion de la Société des Pêcheurs daté de 1896

Cela m’a donné l’idée de vous relater ce qu’était à l’époque – nous sommes en 1933 – un concours de pêche à Villemur.
Un événement que personne ne pouvait manquer, un succès populaire garanti surtout si la météo se montrait favorable.
Rien de comparable avec les concours de pêche contemporains. Depuis quand existaient ces concours de pêche « officiels » ?
Dès la fin du XIXe siècle sans aucun doute – voir la bannière de la Société de Pêche datant de 1896 –  à Villemur ces concours se déroulaient pour les fêtes du 14 juillet et plus tard à l’occasion de la fête patronale, la Saint-Michel.

En 1933, Villemur se relevait tout juste des terribles inondations qui avaient dévasté la ville trois ans auparavant. Les distractions étaient rares, et ces moments de fête et de convivialité étaient une respiration de joie, dans un quotidien pas toujours facile.
C’était l’époque où les gens aimaient s’amuser en toute simplicité et convivialité.

Voilà donc, sous la plume du journaliste A. Ferriol, de larges extraits du compte-rendu du 2e Concours Fédéral à Villemur, paru dans « Le Midi Socialiste » du mardi 11 juillet 1933.

—— — ——

Samedi 8 et dimanche 9 juillet 1933

 

annonce concours peche

2. L’annonce du Concours Fédéral de Villemur.
(L’Express du Midi du 8 juillet 1933)

« Le grand concours de pêche organisé par la Société des Pêcheurs à la Ligne de Villemur a obtenu le plus grand succès.
La jolie ville de Villemur s’était gracieusement parée pour recevoir les nombreux visiteurs venus de tous les points de la région, attirés à la fois par le concours de pêche et par les nombreuses autres parties du programme de ces deux journées qui devaient donner un retentissant éclat à cette manifestation piscicole.
Le samedi soir au crépuscule, des salves d’artillerie annoncèrent l’ouverture de la fête. À 21h30 une retraite aux flambeaux parcourut les principales rues de la ville illuminées et pavoisées. De 22h30 à une heure très avancée de la nuit on dansa au square Notre-Dame autour d’un élégant kiosque splendidement éclairé.
Dimanche matin à l’aube, le fracas des bombes arracha brusquement à leur sommeil les Villemuriens.
Dès 7 heures, autocars et voitures particulières apportent un nouveau contingent de visiteurs venant augmenter la foule qui se presse sur les Allées Notre-Dame. Devant le café Boun ont lieu les opérations préliminaires du concours : tirage au sort des places, choix délicat de l’ordre de mérite à attribuer pour l’originalité, l’élégance et le bon goût des travestis ou de la décoration des roseaux et des paniers.
Cette suggestive inspection du jury est suivie avec le plus vif intérêt d’autant plus que les pêcheuses sont nombreuses et que toutes ont mis un ingénieux et charmant amour-propre à vouloir être plus ravissantes les unes que les autres.

pecheurs devant monument

3. Les pescofis devant le monument aux morts     ( fin des années 30)

À 9 heures, 250 concurrents ont défilé devant un public sympathique et amusé. Alors se forme le pittoresque cortège des pescofis.
En tête une sélection de l’Union Symphonique de Villemur, sous la direction de Monsieur Sicard, par ses airs alertes et entraînants, fait prendre une allure martiale aux vaillants chevaliers de la gaule. Fidèles à une pieuse tradition qui les honore, les Pêcheurs veulent que leur premier geste de la journée soit un hommage aux villemuriens morts pendant la Guerre. La gerbe de la Société des Pêcheurs à la Ligne de Villemur est portée par deux gentilles demoiselles : Marie-Louise Gay et Lucette Ramel. Celle de la Société de pêche de la Haute-Garonne est tenue par MM. Labadie, membre du conseil d’administration et Mayras brigadier des garde-pêche de la Fédération. Les gerbes déposées au pied du monument de la Place du Souvenir, après une minute de recueillement, le cortège se remet en marche pour se rendre à la mairie où la municipalité a eu l’amabilité de leur réserver une réception avec un vin d’honneur. Monsieur Ourgaut maire et Président du Conseil Général de la Haute-Garonne, souhaite aux pêcheurs garonnais une cordiale bienvenue.

tour de ville

4. Les pêcheurs pendant le tour de ville en 1955; Au 1er plan, Jean Mouyssac.

Monsieur Marcou, président de la Fédération des sociétés de Pêche, remercie le maire et la population de Villemur, de l’aimable accueil qu’ils ont fait aux sociétés de pêche, ainsi que du concours empressé qu’ils ont trouvé ici auprès de tous.
À travers les rues de la ville, excitant la curiosité et la gaîté populaires, la longue théorie redescend vers la belle esplanade qui domine les berges du Tarn. Les 250 pescofis inscrits se hâtent vers leurs places respectives indiquées par des numéros.

Nous avons noté, parmi les sociétés représentées : la Fédération des Sociétés de Pêche de la Haute-Garonne ayant à sa tête MM. Marcou, président, Massio trésorier, Vidal, Labadie, Paba-Campi, Cayroles, Meyrac brigadier des gardes.
Sociétés de pêche : Villemur : MM. Sirié président, Majorel vice-président, Théophile Ramel, Gilbert Blancal, Emile Gailhac, Louis Boyer, Pierre Sicard, Birol, Dijeaux, Dussel, membres du conseil d’administration.
Également représenté,es les sociétés de pêche de Carbonne, Grenade, Revel, Castanet-Tolosan, Plaisance-du-Touch, et Muret.

peche pres de la mairie

5. Concours de pêche aux pieds de la mairie.

À 9 heures 15, alertés par le départ d’une bombe, avec un ensemble et une instantanéité impressionnante, les pescofis jettent leur ligne à l’eau.
À 11 heures 15, une seconde bombe annonce la fin du concours.
Le jury était composé de MM. Marcou, Portes Michaud, Sarrat, Barthe, Dompeyre et les membres de la Presse.
Voici la liste des principaux lots décernés :
Pour la pêche : 1er prix 500 Francs à Mr. Delmay de Toulouse, 2e prix, 200 Fr à Mr. Corbières, Villemur. Pour la plus grosse prise, Mr. Arnaud Gay, 100 Fr.
Prix des travestis, Originalité : 1er prix, à MM. Terral frères 100 Fr. 1er prix dames : Mme. Fabo-Campi, 50 Fr ; Paniers fleuris : 1er prix : Mr. et Mme. Roucaud 100 Fr.

peche moulin

6. Concours de pêche au pied du Moulin en 1955

Pendant les minutieuses opérations du jury, l’impatience des concurrents rassemblés sous les magnifiques ombrages des allées Notre-Dame, trouvaient une agréable diversion dans le concert exécuté par l’Union Symphonique devant le concert des Allées.
À 13 heures, rendez-vous est donné pour le banquet à l’Hôtel du Commerce.
La vaste demeure d’une famille de grande bourgeoisie, qui devait tenir une place marquante dans l’antique et prospère cité de Villemur, pouvait seule obtenir des dispositions convenables pour recevoir tant de convives. Et encore, débordant l’immense salle à manger, une partie des 270 couverts avaient dû être dressés sur une longue table qui, de la grandiose porte d’entrée s’allongeait au pied du monumental escalier qui est l’une des merveilles d’art embellissant cette noble maison.
Le choix et l’excellence du menu, la perfection et la rapidité du service furent dignes du cadre de ce somptueux repas qui fait le plus grand honneur au réputé traiteur qu’est Monsieur A. Laurens le propriétaire de l’Hôtel du Commerce.
M. Amat député de la Haute-Garonne, présidait ayant à ses côtés MM. Ourgaut, Marcou, Docteur Vignères, adjoint, président du conseil d’arrondissement, et les personnalités déjà nommées.

peche berges du tarn

7. Sur les berges du Tarn, années 1950

Les fraîches toilettes des dames ajoutaient une note de grâce et d’élégance à cette réunion où la plus franche cordialité rivalisait avec une gaîté exubérante qui ne répugnait à des plaisanteries de bon aloi. Prirent successivement la parole, Mr Sirié présidant des pêcheurs à la Ligne de Villemur, M. Marcou, président de la Fédération…M.M Ourgaut et Amat viennent assurer les pêcheurs garonnais de leur sympathie agissante auprès des pouvoirs publics. Ils lèvent ensuite leurs verres aux dames d’abord, comme il sied, et à la prospérité des sociétés de pêche ensuite.
M. Barthe de Castanet-Tolosan invite les camarades présents à assister au 3e concours Fédéral qui doit avoir lieu à Castanet le 13 août prochain.

concours peche de nos jours

8. Concours de pêche de nos jours

Puis quelques amateurs voulurent par leurs chants clôturer ces agapes. Nous pûmes apprécier le talent des chanteurs, la justesse et la puissance des voix de MM. Alauzy dans « Le Chant des Galets » et « La Toulousaine », Pierre Maurice dans « La cacahouette », Peyre et Gay André, et peut-être d’autres qui nous pardonnerons de ne pas les citer.
Après le banquet, reprise du bal. À 17 heures apéritif-concert au café Boun.
À 21 heures, illumination, feu d’artifice et bal que termina une étourdissante farandole.
Des félicitations certes, sont dues à tous ceux qui ont apporté un concours intelligent et dévoué aux organisateurs de ces fêtes. Les remerciements des Pescofis vont sans distinction à la municipalité et à la population villemurienne. Pourtant, une mention toute spéciale doit être réservée pour l’inlassable « Union Symphonique » qui sous la direction magistrale de son chef Pierre Bousquet, a toujours été, toujours et partout présente pour apporter à toutes les parties du programme de ces fêtes, le délectable charme de ses harmonieux accords. »

                                                                                                                            A. FERRIOL

lulu vignals

9. Les trophées de pêche de “Lulu” Vignals.

Société des pêcheurs à la ligne de Villemur
Règlement intérieur :

reglement interieur

10. Société des Pêcheurs à la ligne, règlement intérieur.

ARTICLE 1er
Tous les engins et filets sont absolument prohibés.
ART.2
La pêche, dite au flisquet, ne pourra avoir lieu que le long des berges du Tarn. L’usage du bateau pour la pratique de cette pêche est formellement interdit.
ART. 3
Une réunion générale aura lieu tous les trimestres. Le versement des cotisations aura lieu à cette réunion. Chaque sociétaire sera tenu d’y apporter sa cotisation. Toutefois dans le cas d’impossibilité absolue de se rendre à l’assemblée, le sociétaire  empêché devra remettre le montant de sa cotisation par un sociétaire de son choix.
Dans le cas où cette prescription serait éludée, le sociétaire absent et qui, dans la quinzaine qui suivra la réunion trimestrielle n’aura pas remis sa cotisation au trésorier, sera passible d’une amende de 0 fr. 25 qu’il devra également payer dans la quinzaine, et ce, sous peine d’exclusion.
ART. 4
Le versement des cotisations sera constaté par l’apposition par le trésorier, d’un cachet sur le présent livret.
Les sociétaires qui, sans motifs valables, se sont retirés de la Société, ne pourront être réintégrés qu’après le paiement intégral d’une somme de Cinq francs.

carte peche moreau

11. Carte de pêche de Théophile Moreau (1913)

ART. 5
Tout membre qui aurait porté un préjudice quelconque à la Société ou qui aurait été condamné pour délit de pêche, sera exclu de la Société en assemblée générale.
ART. 6
L’assemblée générale est présidée, par le Président ou le vice-président.
La police de l’assemblée appartient au Président. Tout membre de la Société est tenu de déférer à ses injonctions, sous peine de rappel à l’ordre.
Il est interdit à tout sociétaire de prendre part aux discussions de l’Assemblée sans avoir préalablement demandé et obtenu la parole.

Fait à Villemur, le 31 décembre 1911
Le Président,
Dr J. SEGUR

– ——— –

Comme vous pouvez le constater, la pêche, bien que loisir, se pratiquait déjà à cette époque avec des règles strictes et des règlements bien précis.
Ce récit a éveillé en moi un vieux souvenir de la retraite aux flambeaux lors des fêtes de la Saint-Michel : le tour de ville , musique en tête, du joyeux cortège des pêcheurs chantant à tue-tête, sur l’air du chœur des soldats (« Gloire immortelle de nos aïeux.. » ) du Faust de Gounod :

Anirèm totis à Pinsaguèl                                              Nous irons tous à Pinsaguel        
Pescar la sofia e lo barbèu                                          Pêcher la sophie et le barbeau
E lo qué n’attrapara lo maït                                        Et celui qui en prendra le plus
Sera decorat …                                                              Sera décoré… 
Sera decorat …                                                              Sera décoré…
D’una merda de gat ! (1)                                             D’une « merde » de chat !                                            

(1) Version villemurienne, avec l’aimable concours de Georges Labouysse.

JCF/AVH 8/2018

Sources : 
Rosalis, la bibliothèque numérique de Toulouse, presse régionale.

Crédit photos :
1 et 9 : exposition du patrimoine 2008, coll Gaston  Sengès. 2 et 10 : Rosalis. 3 et 7 :  coll Jean-Luc Mouyssac /G.Sengès. 4 : coll Paulette Robert. 5-6-8 : coll AVH, G.Sengès. 10-11 et Union Symphonique : Fonds Robert Vignals, remerciements à Guy Vignals.
Bandeau d’annonce : les pêcheurs à la ligne, illustration de Charles Mouly 

concours peche toulouse

Sur les berges du canal à Toulouse, le 14 juillet 1923.

Comments are closed.